EUSÈBE DE CÉSARÉE


EUSÈBE DE CÉSARÉE
EUSÈBE DE CÉSARÉE

EUSÈBE DE CÉSARÉE (265 env.-av. 341)

Né probablement à Césarée de Palestine, Eusèbe restera fidèle à cette ville jusqu’à sa mort, d’abord comme collaborateur du prêtre Pamphile, qui avait recueilli et enrichi la bibliothèque léguée par Origène à Césarée, puis comme évêque de cette cité après la persécution déclenchée par Dioclétien. D’origine modeste, il doit à son immense érudition le succès d’une carrière qui l’a conduit à l’épiscopat et qui a fait de lui le panégyriste officiel de l’empereur Constantin. La première partie de sa vie se passe aux côtés de Pamphile. Assisté d’une équipe de copistes, il révise et édite les livres saints et les autres textes de la bibliothèque. Eusèbe lit toutes les œuvres de la littérature profane ou chrétienne qui lui sont accessibles et constitue des recueils qui lui serviront à composer plus tard ses grands ouvrages. Pendant les premières années de la persécution (303-307), Eusèbe et Pamphile ne sont pas inquiétés. Mais, à la fin de 307, Pamphile est emprisonné; il sera exécuté en 310. Eusèbe doit s’enfuir, d’abord en Phénicie, puis en Égypte. Avec la paix, il rentre à Césarée et est élu à l’épiscopat entre 315 et 320. C’est la période de sa production littéraire la plus intense. Il rédige une première version de son Histoire de l’Église , une Vie de Pamphile et un récit sur Les Martyrs de Palestine . C’est de cette période aussi que datent la Préparation évangélique et la Démonstration évangélique . Rapidement, Eusèbe est impliqué dans la querelle théologique soulevée par Arius, pour qui il prend parti. À partir du concile de Nicée, il est de plus en plus engagé dans la politique ecclésiastique. Lorsque Constantin meurt, en 337, Eusèbe se met à écrire un éloge enthousiaste du prince ami de Dieu qui venait d’inscrire dans l’histoire le triomphe longuement préparé de l’Église. On ignore la date de sa mort, qui est antérieure à 341.

Eusèbe est l’auteur de la première histoire de l’Église. Il avait préparé ce travail en dressant les tableaux synoptiques de ses Chronikoi Kanones qui, pour l’ère chrétienne, permettaient d’établir, par le rapprochement de différentes listes de successions épiscopales, le synchronisme des épiscopats et des règnes impériaux. C’est dans ce cadre chronologique préétabli qu’Eusèbe a ensuite inséré «les passages utiles cueillis chez les écrivains anciens» (I, I, 4). Car la documentation qu’il met en œuvre est limitée à un certain nombre de centres d’intérêt. L’Histoire n’a pas été publiée en une seule fois et a donné lieu à des remaniements importants en fonction des événements qui ont modifié la situation de l’Église dans l’Empire durant cette période (312-325).

La ferveur apologétique d’Eusèbe est claire dès ses premiers ouvrages. Il a réfuté, vers le début de la persécution, le Philalèthès du gouverneur Hiéroclès, centré sur une comparaison entre Jésus et Apollonius de Tyane. Mais c’est la lecture du traité en quinze livres du philosophe néo-platonicien Porphyre, Contre les chrétiens (271), qui semble avoir été l’événement déterminant quant à l’orientation de son activité littéraire. Très tôt, il a senti le besoin d’en présenter une réfutation en vingt-cinq livres, aujourd’hui perdus. Mais c’est l’ensemble de ses œuvres qui se veut une réfutation du philosophe. À travers Porphyre, c’est toute la civilisation antique qui, à grand renfort d’érudition, rejetait le christianisme comme constituant un refus irrationnel des valeurs de l’hellénisme. Eusèbe consacra le meilleur de lui-même à montrer, avec tout autant d’érudition, que le triomphe de l’Église était le phénomène historique décisif préparé depuis des siècles. La Préparation évangélique et la Démonstration évangélique constituent les deux pièces d’une même entreprise apologétique visant à justifier les chrétiens, que Porphyre accusait d’être passés du paganisme au judaïsme, puis de s’être à nouveau singularisés en rejetant la Loi juive. Dans la Théophanie enfin (333 env.), Eusèbe célèbre avec des accents triomphalistes la mission providentielle de l’Empire romain et voit en particulier dans le règne de Constantin le signe de l’action divine assurant la victoire de la foi chrétienne.

Eusèbe de Césarée
(v. 265 - 340) écrivain de langue grecque; évêque de Césarée (313). Sa Chronique et son Histoire ecclésiastique s'arrêtent en 323.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Eusebe de Cesaree — Eusèbe de Césarée Pour les articles homonymes, voir Eusèbe. Eusèbe de Césarée Eusèbe Pamphile de Césarée, en grec ancien …   Wikipédia en Français

  • Eusèbe De Césarée — Pour les articles homonymes, voir Eusèbe. Eusèbe de Césarée Eusèbe Pamphile de Césarée, en grec ancien …   Wikipédia en Français

  • Eusèbe de césarée — Pour les articles homonymes, voir Eusèbe. Eusèbe de Césarée Eusèbe Pamphile de Césarée, en grec ancien …   Wikipédia en Français

  • Eusèbe de Césarée — Pour les articles homonymes, voir Eusèbe. Eusèbe de Césarée Eusèbe de César …   Wikipédia en Français

  • Cesaree — Césarée Pour les articles homonymes, voir Césarée (homonymie). Césarée …   Wikipédia en Français

  • Césarée de Palestine — Césarée Pour les articles homonymes, voir Césarée (homonymie). Césarée …   Wikipédia en Français

  • Eusebe — Eusèbe Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Eusèbe est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom et étymologie 2 Saints chrétiens …   Wikipédia en Français

  • Eusèbe d'Émèse — Eusèbe d Émèse, né à Édesse vers 300, mort avant 359, évêque d Émèse, était un théologien anti nicéen disciple d Eusèbe de Césarée. Il était d origine syriaque mais d éducation grecque. Après des études en Palestine auprès d Eusèbe et de… …   Wikipédia en Français

  • Césarée — Pour les articles homonymes, voir Césarée (homonymie). Césarée Tour de Straton Césarée …   Wikipédia en Français

  • Eusèbe — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Eusèbe est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom et étymologie 2 Saints chrétie …   Wikipédia en Français